La faune africaine emblématique au centre de la conférence mondiale

La faune africaine emblématique, comme les éléphants, les grands félins et les palissandres, sera au cœur des discussions de la Conférence mondiale sur la faune sauvage prévue au Panama plus tard cette année.

La réunion du comité permanent de l’organisme des Nations Unies sur le commerce des espèces sauvages, appelée la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction, qui s’est réunie la semaine dernière à Lyon, en France, a inscrit ces animaux et ces arbres au programme principal des discussions lors de la conférence sur la faune au Panama, prévue en novembre. .

L’organisme chargé de la faune est l’organe décisionnel le plus élevé sur le commerce mondial des espèces sauvages. Il devrait statuer sur les résolutions fixées à Lyon sur la faune phare dont les pangolins, les vautours d’Afrique de l’Ouest, les perroquets, les orchidées, les hippocampes, les tortues marines, les ébènes malgaches, les requins et les raies.

« Les nations africaines offrent au monde un exemple solide de la manière dont les États peuvent agir en collaboration contre le commerce international illégal d’espèces sauvages », a déclaré Ivonne Higuero, secrétaire générale de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (connue sous le nom de CITES). “En Afrique centrale et occidentale, il y a un nouvel engagement politique et un engagement à lutter contre le commerce illégal d’espèces menacées d’animaux et de plantes sauvages”.

Higuero a ajouté que les pays africains avaient donné l’exemple en instituant l’Initiative africaine sur les carnivores, qui vise à conserver les lions, les léopards, les guépards et les espèces de lycaons.

L’agence des Nations Unies pour la faune fait trois distinctions pour l’inscription des espèces sauvages en fonction du degré de protection nécessaire. Il énonce également des règles commerciales couvrant plus de 38 000 espèces de plantes et d’animaux, obligeant les États membres à sanctionner toute violation des procédures qu’il établit. Chaque mois d’octobre depuis 2017, les États membres sont tenus de soumettre des données sur toutes les saisies d’espèces sauvages effectuées au cours de l’année précédente. Près de 6 000 espèces ont été saisies entre 1999 et 2018, allant des mammifères, des reptiles, des coraux, des oiseaux et des poissons selon les registres du bureau de la criminalité des Nations Unies.

La base de données mondiale sur les saisies d’espèces sauvages, qui est un référentiel mondial des confiscations d’espèces sauvages signalées compilées par le bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime, est le principal outil utilisé pour examiner les tendances commerciales illégales dans le monde. Entre 1999 et 2018, il y a eu plus de 180 000 saisies, couvrant 6 000 espèces réparties dans 149 pays représentant le réseau du commerce illégal d’espèces sauvages, selon la base de données.

Les dossiers de braconnage et de trafic indiquent que le commerce de l’ivoire a connu une résurgence vers 2007 et a augmenté régulièrement jusqu’en 2011 environ, avant de décliner en 2016. Le nombre estimé d’éléphants dans les pays africains en 2006 était de 556 973. Ce nombre est tombé à 413 242 actuellement.

Les tendances des saisies de trophées d’animaux sauvages accumulées au cours des quatre dernières années révèlent qu’il y a eu un changement dans les expéditions d’ivoire, le port de Lagos au Nigeria dominant les exportations et le Vietnam étant le principal importateur de défenses d’éléphants. Auparavant, le port de Mombasa au Kenya détenait la primauté des expéditions illicites d’ivoire et la Chine prenait la tête en tant que principal importateur.

Les archives de l’ONU indiquent également que “le plus grand flux de bois de rose récolté illégalement au cours des quatre dernières années provient d’Afrique”. Les importations mondiales de grumes de feuillus tropicaux ont totalisé 18 millions de mètres cubes en 2018, évaluées à plus de 3 milliards de dollars. Quelque 82 % de la valeur de cette demande d’importation provenait d’industries basées en Chine, chef de file mondial de la fabrication de meubles.

Jusqu’en 2013, l’une des principales sources non asiatiques de bois de rose était Madagascar, où au moins 48 espèces sont connues, dont 47 sont répandues dans la nation insulaire de l’océan Indien. Une recommandation de suspendre le commerce des espèces de bois de rose de Madagascar a été faite en 2016 et reste en place à ce jour.

“La crise du bois de rose dévaste les forêts d’Afrique de l’Ouest et les moyens de subsistance de ses habitants depuis près d’une décennie”, a déclaré Raphael Edou, responsable du programme Afrique du groupe environnemental.

Les États-Unis, la Chine, le Vietnam, les Émirats arabes unis, l’Union européenne, le Japon et la Malaisie restent les principales destinations du trafic de bois de rose, représentant les trois quarts de toutes les grumes saisies dans le monde.

Les pangolins d’Afrique sont de plus en plus chassés pour leur viande et leurs écailles. La majeure partie des exportations de pangolins provient du Nigéria, de la Guinée, du Libéria, du Cameroun, de la République centrafricaine, du Congo et du Gabon. Selon la base de données sur la faune, l’Ouganda, la République démocratique du Congo, le Burundi et le Congo-Brazzaville sont des plaques tournantes et des nœuds logistiques de transbordement de pangolins en Afrique, la Chine étant le plus gros importateur. En 2016, en raison de la surexploitation des pangolins, l’organisme chargé de la faune a interdit le commerce mondial de l’animal.

Alors que le comité permanent de Lyon a mis en lumière le sort de la faune africaine, les décisions visant à freiner le commerce illégal et l’avenir des espèces emblématiques du continent seront décidées par les responsables lors de la conférence de Panama.

Leave a Comment