Un chercheur documente ce qui s’est passé lors de la première tentative d’observatoire des ondes gravitationnelles en Europe

Crédit : domaine public CC0

Prédites pour la première fois dans la théorie de la relativité générale d’Einstein, les ondes gravitationnelles sont de minuscules ondulations dans l’espace-temps générées par des événements cosmiques titanesques et puissants. Le grand physicien croyait qu’aucun équipement ne serait jamais sensible pour détecter ces faibles ondulations cosmiques. Heureusement, Einstein avait tort, mais cela ne signifie pas que la détection des ondes gravitationnelles a été facile.

L’histoire d’un réseau prévu de détecteurs d’ondes gravitationnelles interférométriques à construire en Europe à la fin des années 1980, les raisons de cet échec et les parallèles avec les détecteurs actuels sont documentés dans un nouvel article publié dans Le Journal Physique Européen Hrédigé par Adele La Rana, Université de Vérone, et Section INFN de l’Université Sapienza, Italie.

La Rana explique que suite à l’annonce des premières détections d’ondes gravitationnelles par la collaboration LIGO / Virgo en 2016 et 2017, des questions se sont posées concernant “l’occasion manquée” d’avoir un réseau de deux ou plusieurs interféromètres GW à base longue en Europe.

“Une telle opportunité a effectivement été discutée parmi les groupes européens travaillant sur le terrain dans les années 1980 et au début des années 1990. Plusieurs étapes ont été franchies afin d’établir une sorte de collaboration européenne, qui s’appelait EUROGRAV”, poursuit-elle. “Cependant, ces tentatives de promotion d’un réseau européen d’interféromètres à ondes gravitationnelles ont échoué et EUROGRAV n’a jamais décollé, ne laissant aucune trace dans la mémoire collective de la communauté de recherche sur les ondes gravitationnelles.”

La Rana énumère les événements historiques majeurs dans le cadre de l’échec d’EUROGRAV, y compris la chute du mur de Berlin et le ralentissement économique au Royaume-Uni, ainsi que la compétitivité et les divergences irréconciliables dans les approches scientifiques.

En plus de documenter les raisons de l’échec de ce projet, l’article de La Rana détaille l’aube de l’ère des détecteurs d’ondes gravitationnelles de deuxième génération représentant un changement d’échelle massif.

“Mon article donne une perspective particulière sur la transition du domaine des expériences sur banc à la Big Science”, dit-elle. “Le retour sur EUROGRAV et sur les premières tentatives d’implantation en Europe d’un observatoire des ondes gravitationnelles est particulièrement intéressant aujourd’hui, à la veille d’un nouveau saut d’échelle vers la troisième génération de détecteurs interférométriques.

“Des négociations sont en effet en cours pour le projet de télescope Einstein, qui sera, espérons-le, la première antenne GW paneuropéenne au sol.”


La quatrième onde gravitationnelle est détectée, avec l’aide européenne


Plus d’information:
Adele La Rana, EUROGRAV 1986-1989 : les premières tentatives d’observatoire interférométrique européen des ondes gravitationnelles, Le Journal Physique Européen H (2022). DOI : 10.1140 / epjh / s13129-022-00036-x

Citation: Un chercheur documente ce qui s’est passé lors de la première tentative d’observatoire des ondes gravitationnelles en Europe (2022, 22 mars) récupéré le 22 mars 2022 sur https://phys.org/news/2022-03-documents-gravitational-wave-observatory- europe.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Leave a Comment