Motifs ondulatoires non axisymétriques identifiés dans la région équatoriale du noyau terrestre

Flux ondulatoire à la surface du noyau externe de la Terre et des lignes de champ magnétique de fond. Crédit : Félix Gerick.

Une équipe de chercheurs de l’Observatoire royal de Belgique, de l’Université Savoie Mont Blanc et de l’Institut de physique du Globe de Paris a identifié des motifs ondulatoires non axisymétriques dans la région équatoriale du noyau terrestre. Dans leur article publié dans Actes de l’Académie nationale des sciences le groupe décrit leur étude des données géomagnétiques obtenues à partir de satellites et d’observatoires au sol sur une période de vingt ans et décrit les fluctuations qu’ils ont trouvées sous la partie équatoriale de la planète.

Des recherches antérieures ont montré que les différences de température entre le noyau interne de la Terre et la couche externe de métal liquide qui le recouvre génèrent un puissant champ magnétique. Le champ magnétique est suffisamment puissant pour protéger la planète des radiations, rendant la vie possible. Des recherches antérieures ont également montré que le mouvement du liquide et des particules chargées qu’il génère est turbulent et aléatoire. Cela explique pourquoi le champ magnétique terrestre varie dans le temps. Dans ce nouvel effort, les chercheurs ont cherché à en savoir plus sur les changements du champ magnétique de la planète en recherchant les variations sur de nombreuses années.

Les chercheurs reconnaissent que la physique impliquée dans les changements du champ géomagnétique interannuel n’est pas encore bien comprise, bien que l’on sache que de telles variations peuvent s’étendre de plusieurs années à des centaines de millions d’années. Pour en savoir plus, ils ont collecté et analysé les données géomagnétiques de plusieurs satellites et observatoires au sol des années 1999 à 2021. Ils ont trouvé un modèle non axisymétrique dans le champ magnétique autour de la partie équatoriale du noyau de la planète qui se répétait tous les sept ans avec des amplitudes atteignant jusqu’à 3 km/an. Il s’est également déplacé lentement vers l’ouest à un rythme d’environ 1 500 kilomètres chaque année.

Motifs ondulatoires non axisymétriques identifiés dans la région équatoriale du noyau terrestre

Flux ondulatoire à la surface du noyau externe de la Terre et perturbation du champ magnétique associée. Crédit : Nicolas Gillet.

En plus de révéler davantage sur le champ de la planète, les chercheurs suggèrent que leurs découvertes contredisent également les théories selon lesquelles il existe une fine couche de roche sous le manteau et au-dessus du noyau externe. Ils prévoient de poursuivre leurs recherches en tentant d’imager le champ géomagnétique profondément à l’intérieur du noyau – un travail qui pourrait potentiellement conduire à un moyen de prédire les changements du champ.


Un plan absolument dingue pour donner à Mars une magnétosphère artificielle


Plus d’information:
Nicolas Gillet et al, Les données magnétiques satellitaires révèlent des ondes interannuelles dans le noyau terrestre, Actes de l’Académie nationale des sciences (2022). DOI : 10.1073 / pnas.2115258119

© 2022 Réseau Science X

Citation: Motifs ondulatoires non axisymétriques identifiés dans la région équatoriale du noyau terrestre (2022, 22 mars) récupéré le 26 mars 2022 sur https://phys.org/news/2022-03-nonaxisymmetric-wavelike-patterns-equatorial-region.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Leave a Comment