«Les gens ont baissé leur garde» alors qu’une nouvelle vague de COVID-19 commence au Québec

Bien qu’il fallait s’attendre à une augmentation des cas à mesure que les mesures étaient assouplies et qu’une sous-variante plus contagieuse s’est installée, les experts affirment que la flambée ne sera pas sans conséquences.

Contenu de l’article

Bien qu’il reste difficile d’avoir une image claire de la transmission au Québec, les experts en santé publique ont déclaré mardi qu’il était évident que les cas de COVID-19 étaient à nouveau en hausse dans la province.

Publicité 2

Contenu de l’article

Et même si l’augmentation était à prévoir alors que le Québec assouplissait les mesures et qu’une sous-variante plus contagieuse s’installait, ils disent que la poussée ne doit pas être prise à la légère et ne sera pas sans conséquences.

“Sachant qu’il y a une assez bonne couverture vaccinale, le gouvernement a fait le pari que cette augmentation ne serait pas si sévère”, a déclaré Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

“Mais il est toujours clair que certaines personnes en mourront – principalement les personnes âgées et les personnes vulnérables.”

Suivre avec précision le niveau de transmission au Québec est difficile depuis janvier, lorsque la province a réservé les tests PCR aux personnes à haut risque et a demandé au grand public de se fier plutôt aux tests rapides à domicile. Mais il y a encore des indicateurs qu’une nouvelle poussée pourrait être en cours.

Publicité 3

Contenu de l’article

Le Québec a enregistré 2 171 nouveaux cas de COVID-19 grâce aux tests PCR mardi, contre 1 383 il y a une semaine. 2 654 autres personnes ont signalé des résultats de tests rapides positifs au gouvernement, contre 631 il y a une semaine. 20 décès supplémentaires ont également été enregistrés et les hospitalisations ont augmenté pour la troisième journée consécutive.

Dimanche, le directeur par intérim de la santé publique, Luc Boileau, a annoncé que le nombre de travailleurs de la santé malades du virus avait bondi de 60% en moins d’une semaine et a confirmé que la sous-variante BA.2 plus contagieuse est désormais dominante.

Pendant ce temps, à Québec, plusieurs élus – dont le premier ministre François Legault – sont absents de l’Assemblée nationale en raison de la COVID-19. Et à Montréal, une éclosion qui a débuté à l’Université McGill a triplé de taille en une semaine.

Publicité 4

Contenu de l’article

Borgès Da Silva fait partie du centre de recherche CIRANO, qui a publié des estimations hebdomadaires du nombre de cas au Québec depuis la restriction des tests PCR. Leurs estimations ont oscillé entre 13 000 et 15 000 cas quotidiens pendant quatre semaines, mais ont récemment bondi à plus de 19 000.

Borgès Da Silva a déclaré que la tendance à la hausse reste à confirmer la semaine prochaine. Mais étant donné les niveaux de cas déjà élevés, la sous-variante plus contagieuse et la levée des mesures de santé publique, a-t-elle déclaré, il semble inévitable que l’augmentation se poursuive.

Benoît Mâsse, professeur de santé publique à l’Université de Montréal, a déclaré que les projections provinciales publiées il y a un mois montraient qu’il y aurait une légère augmentation des hospitalisations et des cas si le Québec supprimait les mesures.

Publicité 5

Contenu de l’article

“Donc, même si vous espérez toujours que cela n’arrivera pas, je ne dirais pas qu’il y a quoi que ce soit de surprenant dans ce que nous voyons”, a déclaré Mâsse, ajoutant qu’il ne pense pas que les hospitalisations atteindront les niveaux observés en décembre.

Pourtant, Mâsse croit que la province doit renforcer son message sur l’importance de la troisième dose de vaccin. De nombreuses personnes infectées ces derniers mois, a-t-il noté, ne sont jamais allées recevoir leur rappel une fois la vague passée.

“Beaucoup de gens ont baissé leur garde”, a déclaré Mâsse.

Dr. Nimâ Machouf, épidémiologiste à l’Université de Montréal, a déclaré au moins de manière anecdotique qu’il est difficile de regarder autour de soi et de ne pas avoir l’impression qu’une autre vague a déjà décollé. Tout comme avant la cinquième vague, a-t-elle ajouté, on a l’impression que tout le monde connaît quelqu’un autour d’eux qui a récemment été testé positif.

Publicité 6

Contenu de l’article

Machouf a également demandé si les tests rapides sont moins sensibles à la propagation de la sous-variante en ce moment – ​​un problème qui, selon elle, rendrait encore plus difficile la compréhension de l’étendue de la transmission au Québec.

“Vous entendez parler de beaucoup de personnes présentant des symptômes qui obtiennent des résultats négatifs aux tests rapides”, a-t-elle déclaré. “Parfois, la personne est restée coincée au lit avec des symptômes pendant des jours, et pourtant son test est toujours négatif.”

Machouf pense que le Québec a eu raison d’assouplir les mesures lorsqu’il l’a fait, affirmant qu’il est important de le faire lorsque cela est possible. Mais elle a également exhorté la province à maintenir le mandat du masque en vigueur, au moins pendant encore un mois.

“Je ne nous vois pas revenir à un niveau de cas qui nécessite un autre confinement”, a déclaré Machouf. « Mais comme nous le savons, c’est le virus qui contrôle. Tout ce que nous pouvons faire, c’est nous adapter en conséquence. »

jfeith@postmedia.com

twitter.com/jessefeith

Retrouvez toutes nos actualités liées au coronavirus sur montrealgazette.com/tag/coronavirus.

Inscrivez-vous à notre newsletter par e-mail dédiée à la couverture locale du COVID-19 à montrealgazette.com/coronavirusnews.

Aidez à soutenir notre journalisme local en en vous abonnant à la Gazette de Montréal ici.

Publicité 1

Leave a Comment