Apple permet désormais aux applications vidéo et musicales d’inscrire de nouveaux abonnés sans frais :

Apple a déclaré mercredi que les soi-disant “applications de lecture”, qui permettent aux utilisateurs d’accéder à des bibliothèques de contenu sur leurs téléphones, seront autorisées à utiliser des liens externes dans leurs applications pour permettre aux utilisateurs de s’inscrire ou de gérer leurs comptes.

Cette décision, annoncée l’année dernière dans le cadre d’un accord avec la Japan Fair Trade Commission, s’applique aux applications qui fournissent des magazines, des journaux, des livres, du contenu audio, musical ou vidéo, a déclaré Apple. Les applications Reader incluent certaines des applications les plus populaires sur l’App Store d’Apple, notamment Spotify et Netflix.

Apple interdisait auparavant aux fabricants d’applications de demander aux utilisateurs de s’inscrire via un site Web. Cela les a plutôt obligés à utiliser le système de paiement App Store d’Apple, qui représente entre 15 et 30 % des ventes. La nouvelle politique permettra à ces applications de contourner les frais d’Apple en se connectant à un site Web externe pour inscrire de nouveaux clients.

Le changement, désormais reflété dans les directives de l’App Store d’Apple, permettra aux applications de lecture de gérer leur propre gestion des clients pour les utilisateurs acquis via l’application, un point de friction dont les fabricants d’applications se sont plaints auprès des régulateurs et des tribunaux du monde entier. La nouvelle politique est disponible dans le monde entier, a déclaré Apple.

La règle ne s’applique pas à toutes les applications. Les jeux qui proposent des achats intégrés, qui représentent la majorité des revenus de l’App Store d’Apple, devront toujours utiliser le système de paiement d’Apple.

Apple a déclaré dans un article sur son site Web de développeur que les développeurs intéressés peuvent soumettre un formulaire de demande à Apple et que le processus d’examen des applications d’Apple approuverait toujours les mises à jour de l’application. Le lien doit être formaté comme un lien standard, pas un bouton, et contenir le nom de domaine du site Web auquel il renvoie.

Apple a également certaines restrictions – par exemple, toute application éligible ne peut pas également proposer d’achats intégrés, et l’application ne peut pas offrir de services en temps réel avec une personne comme le tutorat ou l’entraînement physique, qui sont toujours nécessaires pour utiliser les paiements App Store .

Apple a déclaré que les applications qui incluent le contenu numérique en tant que fonctionnalité mais se concentrent sur d’autres utilisations, telles que les réseaux sociaux, ne seraient pas non plus éligibles au programme.

Apple exige une fenêtre contextuelle qui avertit que “Apple n’est pas responsable de la confidentialité ou de la sécurité des transactions effectuées avec ce développeur” avant que l’utilisateur ne quitte l’application.

Le changement de politique intervient alors que les règles de l’App Store d’Apple ont fait l’objet d’un examen minutieux de la part des tribunaux et des législateurs du monde entier.

En réponse, Apple a apporté plusieurs modifications à ses politiques et créé des exclusions et des remises pour certains types d’applications et de fabricants d’applications, mais n’a pas donné raison à son intérêt fondamental qu’il a le droit de déterminer quel logiciel peut fonctionner sur les iPhones, et il continue de faire valoir que les frais de l’App Store ne sont pas simplement pour le traitement des paiements, mais aussi pour la distribution et le support de l’App Store.

Mercredi, dans un article de blog séparé, Apple a déclaré avoir également modifié sa politique aux Pays-Bas, où il a été condamné à une amende de près de 50 millions d’euros pour ne pas avoir respecté une ordonnance de l’Autorité de surveillance antitrust pour les consommateurs et les marchés de ce pays l’obligeant à autoriser liens externes pour les applications de rencontres.

La nouvelle politique d’Apple n’oblige pas les fabricants d’applications aux Pays-Bas à soumettre une version entièrement différente, ou “binaire”, qui était auparavant requise.

“Comme nous l’avons déjà dit, nous ne sommes pas d’accord avec l’ordonnance initiale de l’ACM et nous en faisons appel”, a déclaré Apple dans son article de blog.

.

Leave a Comment