La Russie a demandé à la NASA de mettre fin aux sanctions pour sauver l’ISS, mais l’Occident n’a pas cillé

agrandir / Le chef de Roscosmos, Dmitri Rogozine, est photographié en octobre 2018, après l’échec du lancement d’une fusée Soyouz-FG.

Depuis quelques semaines, le chef des activités de vols spatiaux de la Russie a déclaré que les États-Unis et leurs alliés occidentaux devaient mettre fin à son pays d’ici le 31 mars sous peine de subir les conséquences d’un partenariat sur la Station spatiale internationale.

Après que ces sanctions soient restées en place fin mars, le directeur général de Roscosmos, Dmitri Rogozine, s’est engagé à émettre une réponse le 2 avril. Fidèle à sa parole, il l’a fait tôt samedi matin. Sentiment le fil Twitter complet peut être trouvé icimais c’est simple à résumer : plus de fanfaronnade, plus de menaces, mais probablement peu de changement.

Dans sa nouvelle miss, Rogozine exige toujours la fin “complète et inconditionnelle” des sanctions occidentales contre la Russie, et il menace toujours de mettre fin au partenariat sur la Station spatiale internationale. Plus précisément, Rogozine a déclaré que Roscosmos enverra bientôt des “propositions spécifiques” pour mettre fin à sa coopération sur la station spatiale au gouvernement russe.

Les tweets ont conduit à une tempête de couverture médiatique aujourd’hui, une grande partie disant que la Russie mettrait fin à sa coopération sur la Station spatiale internationale (voir, par exemple, ici et ici). Une telle couverture manque d’une compréhension fondamentale de Dmitri Rogozine et de l’approche russe des vols spatiaux.

La coopération sur la station spatiale prendra bien sûr fin à un moment donné dans le futur. Une partie du matériel de l’ISS vole dans l’espace depuis près de 25 ans et finira par vieillir. Et même si la Russie pourrait décider de mettre fin à la coopération ce mois-ci, cela semble peu probable. La Russie s’est actuellement engagée à exploiter la station jusqu’en 2024, et même si la guerre a pris de l’ampleur en Ukraine, des discussions ont eu lieu sur la possibilité d’étendre les opérations jusqu’en 2030.

La préférence de la NASA est de continuer à exploiter la station jusqu’en 2030. Pour des raisons qui incluent le désir de ne pas violer les traités internationaux, il est peu probable que les États-Unis, aux côtés de l’Europe, du Japon et du Canada rompent le partenariat avec la Russie. Cela, en effet, laisse la décision à la Russie.

Rogozine s’empresse de débrancher la Station spatiale internationale presque depuis le début de la guerre contre l’Ukraine. Cependant, lui et les milliers d’employés de Roscosmos n’ont pris aucune mesure concrète qui déclencherait réellement ce processus. En effet, plus tôt cette semaine, l’astronaute de la NASA Mark Vande Hei est revenu sur Terre à bord d’un vaisseau spatial Soyouz. Les opérations étaient entièrement nominales et les relations entre les responsables russes et ceux de la NASA étaient professionnelles.

Il est possible que Vladimir Poutine décide, à tout moment, que la participation russe à l’ISS ne lui convient plus. Son processus décisionnel est opaque pour les observateurs occidentaux. Mais se retirer de l’ISS semble improbable, car s’éloigner de la station spatiale équivaudrait à envoyer un boulet de démolition au programme spatial civil russe. Et les Russes sont extrêmement fiers de leur programme spatial, qui remonte à plus de six décennies à Spoutnik et Youri Gagarine. Sans une coopération active avec les nations occidentales, cependant, la Russie ne serait presque certainement plus une puissance spatiale – ce serait la première au monde ancien puissance spatiale.

Dans le cadre de son message sur Twitter, Rogozine a partagé des lettres qu’il avait reçues des chefs d’autres agences spatiales en réponse à ses demandes de fin des sanctions. Il convient de noter une lettre du 30 mars de l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, promettant son soutien à la station spatiale mais réitérant que les sanctions en cours ne prendront pas fin. Nelson ne négocie pas à partir d’un point de faiblesse ici. Les États-Unis ont une industrie spatiale commerciale dynamique, qui prospérera même sans la station spatiale. Nelson sait également que la NASA pourrait probablement prendre des mesures pour sauver le segment américain de la station spatiale et le faire voler même si la Russie se retire brusquement.

Cependant, la lettre de Nelson ne contient ni fanfaronnades ni menaces. Au contraire, il offre un rameau d’olivier. Alors que les États-Unis ne lèveront pas leurs sanctions, écrit Nelson, si l’industrie spatiale russe a besoin de composants occidentaux pour soutenir les vols de véhicules russes Soyouz ou Progress vers la station spatiale, la NASA s’efforcera de faciliter ces transferts de technologie. “Le maintien d’opérations sûres et réussies de l’ISS reste une priorité pour les États-Unis”, écrit Nelson.

On peut probablement supposer que les Russes ressentent la même chose.

Leave a Comment