La Russie dit qu’elle dépensera la coopération de l’ISS jusqu’à ce que les eaux de sanction soient levées

La Russie a déclaré qu’elle mettrait fin à la coopération avec d’autres nations sur la Station spatiale internationale jusqu’à ce que l’interdiction imposée au pays soit levée. Dmitri Rogozine, le directeur de l’agence spatiale russe Roscosmos, a annoncé dans un fil sur Twitter que le “rétablissement de relations normales entre partenaires” sur l’ISS et d’autres projets n’est possible qu’avec la “levée complète et inconditionnelle des sanctions illégales”.

Dans les versions traduites de ses tweets, Rogozine dit avoir fait appel des sanctions dans des lettres adressées à la NASA, à l’Agence spatiale européenne, ainsi qu’à l’Agence spatiale canadienne. Rogozin a également publié des images de ce qui semble être la réponse de chaque pays – le CSA a confirmé l’authenticité de la lettre à Le bord mais a refusé de commenter davantage. Le bord a également contacté la NASA et l’ESA, mais n’a pas immédiatement répondu.

“Les États-Unis continuent de soutenir les coopérations spatiales gouvernementales internationales, en particulier les activités associées à l’exploitation de l’ISS avec la Russie, le Canada, l’Europe et le Japon”, indique la lettre signée par l’administrateur de la NASA, Bill Nelson. “Les mesures de contrôle des exportations américaines nouvelles et existantes continuent de permettre la coopération entre les États-Unis et la Russie pour assurer la poursuite des opérations sûres de l’ISS.”

L’ASC semble avoir une réponse similaire à la demande de Rogozin, déclarant “Je peux vous assurer que le Canada continue de soutenir le programme ISS et se consacre à ses opérations sûres et réussies.” Pendant ce temps, le chef de l’ESA, Josef Aschbacher, a répondu qu’il transmettrait la demande de Rogozine aux États membres de l’agence pour évaluation.

« La position de nos partenaires est claire : les sanctions ne seront pas levées », déclare Rogozine. “Le but de nos sanctions est de tuer l’économie russe, de plonger notre peuple dans le désespoir et la faim et de mettre le pays à genoux.” Rogozin que Roscosmos déterminera bientôt une date à laquelle mettre fin à l’implication de la Russie avec l’ISS, qui sera ensuite signalée aux responsables du gouvernement russe.

Rogozine a vivement réagi aux sanctions imposées par le président Joe Biden en février, insinuant que la station spatiale pourrait s’écraser sur Terre sans l’implication de la Russie. Comme le souligne ma collègue Loren Grush, le retrait de la Russie de la station a le potentiel de faire de réels dégâts, car la NASA compte sur la Russie pour maintenir la position et l’orientation de l’ISS dans l’espace.

Jeudi, la NASA a déclaré que la Russie « se dirigeait vers » l’extension de sa coopération sur l’ISS jusqu’en 2030, mais les déclarations de Rogozine rendent cela peu probable. Plus tôt cette semaine, l’astronaute de la NASA Mark Vande Hei est revenu sur Terre en toute sécurité à bord d’une fusée russe Soyouz avec deux cosmonautes. Avant son arrivée, il y avait eu des inquiétudes quant à son retour au pays au milieu de la guerre en cours de la Russie en Ukraine, mais Roscosmos a soutenu qu’il n’échouerait pas Vande Hei sur l’ISS.

Mise à jour le 2 avril à 16h46 HE : Mise à jour pour ajouter la confirmation du CSA sur l’authenticité de la lettre du CSA que Dmitri Rogozine a publiée sur Twitter.

Leave a Comment