Présentation de Cecilia Dominguez Conde – Technopole Humaine

04 avril 2022

Présentation de Cecilia Dominguez Condé

Cecilia est une immunologiste qui s’intéresse au continuum des phénotypes des cellules immunitaires et à la manière dont la génétique peut influencer les états cellulaires pour favoriser la maladie. Elle rejoindra HT du programme de génétique cellulaire du Wellcome Sanger Institute (Cambridge, Royaume-Uni), où elle a étudié l’immunité humaine dans les tissus lymphoïdes et non lymphoïdes à l’aide de la génomique unicellulaire.

Elle prévoit de commencer en HT en juin 2022 au Centre de recherche en génomique. Son groupe de recherche mettra en œuvre des technologies génomiques de pointe pour étudier le développement du système immunitaire chez l’homme et les conditions génétiques où le développement immunitaire est dérégulé.

Qu’est-ce qui vous a poussé à poursuivre une carrière scientifique?

J’ai grandi entouré de l’activité quotidienne d’une pharmacie locale, où ma mère travaille toujours. Cela m’a fait prendre conscience très tôt de la myriade de médicaments utilisés chaque jour pour traiter les maladies humaines. Cela m’a également fait prendre conscience de l’incertitude avec laquelle de nombreuses maladies humaines sont traitées, ce qui m’a finalement conduit à la recherche. Et je dois dire aussi que les expériences à la maison de mon père ont beaucoup contribué à éveiller ma curiosité scientifique.

Parlez-nous un peu de votre recherche. Sur quoi travaillerez-vous au Centre de recherche en génomique?

Dans mon groupe de recherche, j’utiliserai la génomique pour mieux comprendre les réponses immunitaires humaines. D’une part, nous mettrons en œuvre des technologies de génomique pour avoir une vision large des phénotypes cellulaires. D’autre part, nous relierons ces lectures phénotypiques à la variation génétique au niveau de la population. En particulier, nous appliquerons ces approches au développement humain et aux maladies pédiatriques, y compris les maladies génétiques rares qui compromettent la défense immunitaire ou la tolérance immunitaire.

Selon vous, quel est l’aspect le plus fascinant de votre recherche ?

La partie la plus passionnante pour moi est la capacité de connecter les phénotypes cellulaires aux mécanismes de la maladie grâce à des méthodes analytiques innovantes qui ont le potentiel de nous guider dans la conception de meilleures interventions thérapeutiques à plus long terme. Je suis actuellement très enthousiasmé par les développements récents dans le séquençage des récepteurs antigéniques et les opportunités qu’ils ouvrent pour suivre la dynamique clonale pendant le développement, l’infection, la transplantation et une gamme d’autres scénarios.

Comment avez-vous entendu parler de la Technopole Humaine et qu’est-ce qui vous a attiré ici ?

La Technopole Humaine devient une institution reconnue parmi les pairs scientifiques des sciences de la vie. Ce qui m’a attiré ici, en particulier au centre de génomique de HT, c’est l’environnement unique pour les scientifiques qui souhaitent avoir un impact sur la santé publique en utilisant la génomique, les installations exceptionnelles, le capital humain et la perspective prospective sur la science.

Assez parlé de travail ! Qu’est-ce que tu aimes faire pendant ton temps libre?

Quand je ne suis pas au labo, j’adore écouter de la musique et pratiquer la guitare tout en chantant (plutôt mal). J’aime aussi beaucoup le vélo et j’ai hâte d’explorer de nouveaux itinéraires autour de Milan !

Leave a Comment