Législation nationale relative à l’exploration et à l’utilisation pacifiques de l’espace extra-atmosphérique

Illustration du satellite GOES-16 de la NOAA. (NOAA)

61e Session du Sous-Comité juridique du COPUOS – Point 8 de l’ordre du jour : Législation nationale relative à l’exploration et à l’utilisation pacifiques de l’espace extra-atmosphérique

Tel que prononcé par la chef de la délégation américaine Emily Pierce
5 avril 2022

Merci, monsieur le président.

Les États-Unis souhaitent répondre à la déclaration faite par la Fédération de Russie au titre du point 8 de l’ordre du jour, qui, selon nous, risque de prêter à confusion ou à des malentendus concernant les politiques américaines actuelles, ainsi que nos obligations et engagements internationaux.

Monsieur le Président, comme l’indiquent clairement les orientations stratégiques provisoires sur la sécurité nationale de 2021 publiées par le Conseil de sécurité nationale des États-Unis, les États-Unis ont l’intention « d’explorer et d’utiliser l’espace extra-atmosphérique au profit de l’humanité, et d’assurer la sûreté, la stabilité et la sécurité des activités spatiales ». ” Et, comme détaillé dans le cadre des priorités spatiales des États-Unis, publié en décembre 2021, les États-Unis soutiennent un environnement réglementaire rapide et réactif. La réglementation américaine doit apporter clarté et certitude pour l’autorisation et la surveillance continue des activités spatiales non gouvernementales, y compris pour les activités nouvelles. Nous continuons à nous concentrer sur les efforts visant à garantir que les activités nationales des États-Unis soient menées conformément au droit international.

Dans le même temps, pour que les activités spatiales continuent de prospérer, les États doivent promouvoir un environnement spatial sûr, stable, sécurisé et durable. Les États-Unis sont fermement convaincus que la confrontation ou le conflit dans l’espace n’est pas inévitable. Dans le cadre des priorités spatiales des États-Unis, les États-Unis reflètent leur engagement continu envers le droit international en s’engageant à ce que les opérations spatiales de sécurité nationale des États-Unis continuent de se conformer au droit international applicable tout en faisant preuve de leadership dans l’utilisation responsable de l’espace et la gestion de l’environnement spatial.

En plus de ces politiques nationales, les États-Unis publient des informations sur leurs stratégies relatives à la sécurité spatiale et, comme toutes les forces militaires professionnelles, élaborent des doctrines et des stratégies. Le département américain de la Défense fournit également des informations supplémentaires reflétant sa politique de défense pertinente, ses stratégies militaires et ses doctrines pour les activités spatiales. L’armée américaine met ces publications à la disposition du public dans l’intérêt de créer un climat de confiance entre les États du monde entier sur les questions militaires et non militaires. Les États-Unis sont également prêts à discuter de ces stratégies et doctrines militaires dans les enceintes multilatérales appropriées, en particulier la Conférence du désarmement et la Commission du désarmement des Nations unies. Nous encourageons tous les États à mettre à disposition de la même manière leurs stratégies et doctrines spatiales militaires pour discussion dans ces forums, ainsi que le Groupe de travail à composition non limitée sur la « Réduction des menaces spatiales par le biais de normes, règles et principes de comportement responsable » établi conformément à l’Assemblée générale des Nations Unies. résolution 76/213.

Monsieur le Président, alors qu’un État en accuse faussement d’autres de militarisation, un seul État au cours de l’année dernière a effectué un test imprudent et dangereux d’un système antisatellite au sol. Alors que ce test destructeur était, bien sûr, pertinent pour notre discussion sur les débris orbitaux à la lumière de l’énorme quantité de débris créés, les États-Unis réitèrent qu’il existe des forums onusiens plus appropriés pour traiter ces questions de sécurité. Il est plus approprié de discuter de ces questions dans des groupes dont les mandats portent spécifiquement sur ces questions, comme la Conférence du désarmement, la Commission du désarmement des Nations Unies et la Première Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le désarmement et la sécurité internationale.

Monsieur le Président, en ce qui concerne les accords d’Artemis, les États-Unis se félicitent d’avoir l’occasion de discuter de cet instrument de manière ouverte et transparente. Les accords Artemis fournissent des orientations de mise en œuvre juridiquement non contraignantes pour le traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967, renforcent les obligations existantes en vertu de la convention sur l’immatriculation et de l’accord de sauvetage et de retour, et établissent des principes de comportement responsable tels que la libération complète, libre, ouverte et rapide. d’informations scientifiques. Le but des accords est d’établir un cadre commun pour guider l’exploration spatiale entre les nations participant au programme Artemis. Le cadre, qui est fermement ancré dans nos obligations au titre du Traité sur l’espace extra-atmosphérique et d’autres lois internationales, vise à accroître la sécurité des opérations, à réduire l’incertitude et à promouvoir une utilisation durable et bénéfique de l’espace pour toute l’humanité. Les accords Artemis reflètent les engagements mutuels des signataires envers un ensemble de principes de coopération Artemis et représentent un engagement politique de haut niveau, juridiquement non contraignant.

En ce qui concerne la section 9 des Accords, la préservation du patrimoine spatial, ce principe reflète l’intention mutuelle des signataires de préserver le patrimoine spatial conformément aux normes et pratiques élaborées d’un commun accord. En outre, les signataires ont l’intention d’utiliser leur expérience dans le cadre des Accords “pour contribuer aux efforts multilatéraux visant à développer davantage les pratiques et règles internationales applicables à la préservation du patrimoine spatial”. Tous les efforts de préservation seront faits – comme cela est clairement indiqué dans la section 3 des Accords – conformément au droit international applicable, y compris le principe de non-appropriation.

Le COPUOS, bien sûr, a un rôle à jouer dans l’élaboration d’un cadre international pour les principes discutés dans les accords d’Artémis. Chaque fois qu’un consensus émerge parmi les experts techniques, nous cherchons à impliquer les nations spatiales établies et émergentes par le biais de forums multilatéraux, tels que le Comité. Le Comité a démontré qu’il peut jouer un rôle important dans l’élaboration de meilleures pratiques sur la base des contributions d’experts techniques travaillant dans le secteur spatial. Par exemple, le COPUOS a réussi à parvenir à un consensus sur les directives d’atténuation des débris orbitaux et sur le préambule et les 21 directives pour la durabilité à long terme des activités spatiales. Tout comme nous partageons des informations via le COPUOS sur la mise en œuvre nationale des 21 lignes directrices, nous sommes impatients de nous engager via le COPUOS pour partager les leçons apprises dans la mise en œuvre des accords avec les États membres de l’ONU et la communauté internationale au sens large.

Enfin, ceux d’entre vous qui suivent ces questions depuis plusieurs années savent que le Congrès américain a promulgué en 2015 le Space Resource Exploration and Utilization Act afin d’offrir une certaine sécurité juridique aux entreprises américaines. L’ancien conseiller juridique du département d’État américain, Brian Egan, et d’anciens représentants américains au sous-comité juridique, ont élaboré sur cette loi, mais à la lumière de la confusion apparente, je vais apporter quelques éclaircissements supplémentaires. Plutôt que d’abroger les obligations internationales des États-Unis, la loi sur l’utilisation des ressources spatiales affirme que les activités d’utilisation des ressources spatiales sont soumises aux obligations internationales des États-Unis. Selon ses termes, la loi sanctionne l’utilisation des ressources spatiales uniquement “d’une manière compatible avec les obligations internationales des États-Unis”. Comme je l’ai indiqué dans notre déclaration au titre du point 15 de l’ordre du jour, les États-Unis reconnaissent que le Traité sur l’espace extra-atmosphérique ne prévoit pas de régime international global pour les activités d’utilisation des ressources spatiales. Même si nous ne voyons pas non plus, à ce stade, de nécessité ni de fondement pratique à la création d’un tel régime, nous reconnaissons également qu’il existe un vif intérêt international à discuter de ces questions plus en détail. Nous nous félicitons de cette occasion et espérons que tous les membres participant au groupe de travail sur les ressources spatiales pourront appuyer le plan de travail proposé présenté plus tôt dans la journée par le président et le vice-président.

Merci, monsieur le président.

Leave a Comment