Les femmes dominent la liste restreinte pour l’International Booker Prize

LONDRES – Olga Tokarczuk, romancière polonaise lauréate du prix Nobel, fait partie des cinq écrivaines présélectionnées pour l’International Booker Prize de cette année, sans doute le prix le plus important au monde pour la fiction traduite en anglais.

Tokarczuk est nominé pour “The Books of Jacob”, avec la traductrice Jennifer Croft, quatre ans seulement après que le couple a remporté le même prix pour “Flights”.

Parmi les autres nominés de haut niveau sur la liste restreinte de six candidats, qui a été dévoilée jeudi à la Foire du livre de Londres, figurent Mieko Kawakami, l’auteur japonais vedette le plus connu pour “Breasts and Eggs”, et Claudia Piñeiro, l’écrivaine argentine.

“Les Livres de Jacob” de Tokarczuk raconte l’histoire de Jacob Frank, un messie autoproclamé qui erre dans l’Europe du XVIIIe siècle, acolytes en remorque. Lorsque l’Académie suédoise a décerné à Tokarczuk le prix Nobel de littérature en 2019, elle a appelé “Les livres de Jacob” son “magnum opus”.

Publié à l’origine en Pologne en 2014, le roman de près de 1 000 pages a reçu des critiques élogieuses aux États-Unis depuis la publication de la traduction anglaise cette année. Dwight Garner, dans une critique pour le New York Times, l’a qualifié de “Chaucerian dans son brio”. Le livre est “un roman indiscipliné, écrasant et extrêmement excentrique” qui est “sophistiqué et grivois et débordant d’esprit folklorique”, a-t-il ajouté.

Kawakami est nominé pour “Heaven”, un roman sur un jeune de 14 ans victime d’intimidation sans relâche, traduit du japonais par Sam Bett et David Boyd. Nadja Spiegelman, dans une critique pour le New York Times, a déclaré que les scènes d’intimidation du livre sont “si lucides que vous pouvez presque ressentir la douleur vous-même”.

Le livre présélectionné de Piñeiro est “Elena Knows”, sur une mère en deuil qui devient détective pour enquêter sur le suicide apparent de sa fille. Kathleen Rooney, dans une critique pour le New York Times, a déclaré que le roman, traduit de l’espagnol par Frances Riddle, peut à première vue sembler “un mystère serré et laconique”. Mais, dit-elle, “c’est aussi un commentaire perçant sur les relations mère-fille, l’indignité de la bureaucratie, le fardeau de la prestation de soins et les impositions du dogme religieux aux femmes”.

L’International Booker Prize est distinct du Booker Prize, qui est destiné aux romans initialement publiés en anglais, mais est assorti du même prix en argent : 50 000 £, soit environ 65 000 $. Pour l’International Booker Prize, l’argent est partagé à parts égales entre l’auteur et le traducteur.

Les autres titres présélectionnés sont :

  • “A New Name: Septology VI-VII”, de Jon Fosse, écrivain et dramaturge norvégien qui est une star dans son propre pays. Traduit par Damion Searls, le roman est le dernier d’une série et suit un artiste très religieux dans les instants précédant sa mort.

  • “Cursed Bunny”, un recueil de nouvelles de l’écrivain coréen Bora Chung. Traduit par Anton Hur, il combine des éléments d’horreur et de science-fiction pour critiquer le capitalisme. Frank Wynne, président du jury du prix de cette année, a déclaré lors d’une conférence de presse en ligne que la collection se situait “quelque part entre David Lynch et les premières horreurs corporelles de David Cronenberg”.

  • “Tomb of Sand” de Geetanjali Shree, traduit de l’hindi par Daisy Rockwell, qui suit le voyage d’une femme indienne de 80 ans au Pakistan après la mort de son mari. Wynne a déclaré que la prémisse du roman peut sembler déprimante, mais le livre “était tout sauf ça”. Il était rempli d’humour qui a dû le rendre très difficile à traduire, a-t-il ajouté.

Le gagnant du prix de cette année sera annoncé le 26 mai lors d’une cérémonie à Londres.

Leave a Comment