Le Canada met Suncor en garde contre l’impact environnemental d’un projet de sables bitumineux

Le logo de Suncor Energy est visible à leur siège social à Calgary, Alberta, Canada, le 17 avril 2019. REUTERS/Chris Wattie

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

CALGARY, Alberta, 6 avril (Reuters) – Le gouvernement canadien a averti mercredi Suncor Energy (SU.TO) que l’impact environnemental d’un projet d’extension de sa mine de base de sables bitumineux dans le nord de l’Alberta serait “inacceptable” tel qu’il se présente actuellement.

Suncor, basée à Calgary, a également obtenu une prolongation de neuf mois du délai pour soumettre une étude d’impact pour le projet près de Fort McMurray.

Le projet d’extension de la mine de base en est aux premiers stades de développement et est considéré comme un moyen de maintenir l’approvisionnement en bitume de l’usine de base de Suncor alors que les ressources des mines actuelles s’épuisent, selon le site Web de Suncor.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Suncor, comme le gouvernement canadien, s’est engagé à atteindre zéro émission nette d’ici 2050, bien que le gouvernement libéral de Justin Trudeau ait un objectif plus ambitieux de réduire les émissions de 40 à 45 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030. En savoir plus

Le secteur pétrolier et gazier est le secteur le plus polluant du Canada, représentant 26 % des émissions.

L’extension de la mine de base produirait jusqu’à 225 000 barils par jour sur une période de 25 ans et émettrait environ trois millions de tonnes de gaz à effet de serre contribuant au réchauffement climatique par an.

Dans une lettre adressée au chef de la direction de Suncor, Mark Little, le ministre de l’Environnement, Steven Guilbeault, a déclaré qu’à son avis, le projet tel qu’il est actuellement proposé entraînerait probablement des effets environnementaux inacceptables.

“Les émissions à ce niveau pourraient ne pas correspondre au rythme et à l’ampleur des réductions d’émissions nécessaires pour atteindre nos objectifs, et cela entraverait les engagements internationaux du Canada en matière de changement climatique”, a écrit Guilbeault.

La lettre a été publiée sur le site Web de l’Agence d’évaluation d’impact du Canada (IAAC), l’organisme qui examine les grands projets, le jour même où Guilbeault a approuvé le projet pétrolier offshore de Bay du Nord, dépassant les préoccupations des militants pour le climat. Lire la suite

Suncor a déclaré qu’elle avait demandé la prolongation de la proposition de mine de base pour répondre aux exigences supplémentaires de l’IAAC, tenir compte des commentaires des parties prenantes et s’assurer qu’elle utilise la meilleure technologie disponible.

“Nous prenons plus de temps pour améliorer le projet conformément à notre stratégie qui comprend la réalisation de notre ambition de réduction des émissions à zéro émission”, a déclaré la porte-parole Sneh Seetal dans un e-mail.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Nia Williams Montage par Chris Reese et Leslie Adler

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

.

Leave a Comment