Le géant automobile japonais Honda vise l’expansion des véhicules électriques et consacre des milliards à la R&D

Alors que plusieurs grandes entreprises cherchent à réduire le nombre de véhicules diesel et essence sur leurs routes, Honda et d’autres constructeurs automobiles tentent de développer des stratégies d’électrification qui leur permettront de rester compétitifs à l’avenir.

Aimur Kytt | Istock Éditorial | Getty Images

Honda prévoit d’investir environ 5 billions de yens (39,9 milliards de dollars) dans l’électrification et les technologies logicielles au cours des 10 prochaines années, le géant automobile japonais visant à lancer 30 modèles de véhicules électriques dans le monde d’ici 2030.

Dans un communiqué mardi, la société a déclaré qu’environ 3,5 billions de yens seraient consacrés aux dépenses de recherche et développement, dont 1,5 billion de yens consacrés aux investissements.

Honda a déclaré qu’il viserait un volume de production de véhicules électriques de plus de 2 millions d’unités par an en 2030. Son budget total pour les dépenses de R&D dans cette période s’élèverait à environ 8 000 milliards de yens, soit environ 63,9 milliards de dollars, a-t-il déclaré.

En ce qui concerne la production, Honda a déclaré qu’elle chercherait à mettre en place ce qu’elle appelle une “usine dédiée aux véhicules électriques” dans les villes chinoises de Guangzhou et de Wuhan. L’entreprise a déclaré qu’elle prévoyait également “une ligne de production dédiée aux véhicules électriques” en Amérique du Nord.

Sur le front des batteries en Amérique du Nord, la société doit “se procurer des batteries Ultium auprès de GM. Séparément, en dehors de GM, Honda étudie la possibilité de créer une coentreprise pour la production de batteries”.

Pas plus tard que la semaine dernière, Honda et GM ont annoncé qu’ils développeraient une série de véhicules électriques abordables basés sur une nouvelle plate-forme mondiale.

En savoir plus sur les véhicules électriques de CNBC Pro

Alors que plusieurs grandes entreprises cherchent à réduire le nombre de véhicules diesel et essence sur leurs routes dans les années à venir, Honda et d’autres constructeurs automobiles tentent de développer des stratégies d’électrification pour leur permettre de suivre les nouvelles réglementations et de rester compétitifs.

Le mois dernier, par exemple, Ford a annoncé son intention de déployer trois nouveaux véhicules électriques de tourisme et quatre nouveaux véhicules électriques commerciaux en Europe d’ici 2024, la société déclarant qu’elle prévoyait de vendre plus de 600 000 véhicules électriques par an dans la région d’ici 2026.

En mars 2021, Volvo Cars a annoncé son intention de devenir une “entreprise de voitures entièrement électriques” d’ici 2030.

Ailleurs, BMW Group a déclaré vouloir que les véhicules entièrement électriques représentent au moins 50% de ses livraisons d’ici 2030.

De tels objectifs mettront ces entreprises en concurrence avec Tesla d’Elon Musk, qui a produit plus de 305 000 véhicules au premier trimestre 2022.

Un autre constructeur automobile ayant des projets d’électrification est Mercedes-Benz, qui a précédemment déclaré qu’il “sera prêt à passer au tout électrique à la fin de la décennie, lorsque les conditions du marché le permettront”.

Lundi, la société a organisé une conférence ESG pour les analystes et les investisseurs. Entre autres choses, il a déclaré vouloir couvrir plus de 70% de ses besoins énergétiques avec des énergies renouvelables d’ici 2030.

Il y parviendrait, a-t-il déclaré, en “déployant l’énergie solaire et éolienne” sur ses propres sites et en concluant davantage de contrats d’achat d’électricité.

Dans une interview avec Annette Weisbach de CNBC cette semaine, Ola Kallenius, président du conseil d’administration du groupe Mercedes-Benz, a exposé certaines des réflexions qui sous-tendent la stratégie de son entreprise.

“La bonne chose à investir dans les énergies renouvelables, en particulier les énergies renouvelables dans les zones à haut rendement, c’est que si vous regardez le cent par kilowattheure une fois que vous êtes opérationnel, bon nombre de ces options sont en fait moins chères que les énergies fossiles. l’énergie”, a-t-il dit.

Investir dans les énergies renouvelables, a ajouté Kallenius, était “une bonne affaire”.

.

Leave a Comment